Je ne suis habituellement pas un grand fan des films d’horreur ou d’épouvante comme c’est le cas ici, la peur n’étant pas une de mes sensations préférés loin de là, que ce soit des histoires de zombies, de malédictions, de fantômes ou d’assassins, je n’y trouve pas de plaisirs. C’est pourquoi quand on a décidé de se rendre à la séance de 20h pour voir la Casa Muda (la maison Muette/ The Silent House) de Gustavo Hernandez, je n’étais que peu enthousiaste.

La casa Muda c’est un film tiré d’une histoire vrai, mais peut on vraiment la révéler sans vous couper le plaisir de découvrir l’intrigue, en attendant voici le synopsis :

Laura et son père Wilson s’installent dans une maison à la campagne pour la retaper sur demande de son propriétaire qui souhaiterait la mettre en vente au plus vite. Ils passeront donc la nuit sur place avant de commencer les travaux le lendemain matin. Tout semble se passer pour le mieux avant que Laura n’entende un bruit provenant de l’extérieur mais devenant de plus en plus fort au premier étage de la maison. Wilson s’aventure donc en haut pour voir ce qu’il en est tandis que Laura l’attend seule au rez-de-chaussée…

La motivation c’est fait ressentir en 2 temps, tout d’abord quand j’ai appris que ce film n’avait été tourné qu’en un seul plan séquence, c’est à dire que la seule et unique caméra n’a été coupé à aucun moment entre le début et la fin du film. Tout à été fait dans la même prise. Imaginer le travail que cela représente tant pour les acteurs que pour les techniciens et ingé (faut pas se foirer sinon on est bon pour tout recommencer…) . Quand au plaisir du spectateur de vivre cette histoire en temps réel…. Mieux que 24h Chrono (mais moins cool que Phone Game 🙂 )


La 2eme chose, c’est que tout comme Rubber, ce film à été intégralement capturé à l’aide d’un Canon 5D Mark II (Un appareil photo reflex donc) ce qui donne une image magnifique, d’un grain impeccable et surtout, avec une ouverture faible ( a peu prés 2.8 je pense… ) ce qui donne une photographie magnifique, les images se sont enchainés dans ma tête de manières jouissive (oui oui je te jure) me donnant de nombreuses idées de photos qui n’attendent plus que d’être réalisées. Et l’on note notamment une absence totale de détails revelant la présence du caméraman (bruit de pas, miroir, etc etc) ce qui est également très bien joué pour un tournage comme celui ci

A coté de ça, on retrouve malheureusement de nombreux clichés des films d’horreurs et le scénario bien qu’avec un dénouement surprenant, à du mal à tenir la route, beaucoup d’incohérence et de choses incompréhensible.

Bref, un film qui vaut d’être vu ne serait ce que pour apprécier le travail fourni, pour admirer la qualité de la photographie mais aussi pour avoir quelque (gros) sursaut quand même

 

Leave a reply

 

Your email address will not be published.