Critique de A Bout Portant

Il y a des acteurs qui vraiment nous prouvent films après films que se sont des grands, pour l’instant Gilles Lellouche ne m’a jamais déçu (mais je n’ai pas encore vue Krach et je n’ai pas vu toute sa filmographie non plus je dois l’admettre). J’ai eu la chance de voir, il y a quelques temps, grâce à Vincent et a Gaumont et en compagnie de petite Galathys, A Bout Portant, le nouveau film de Fred Cavayé (Pour Elle, 2008), dans lequel Gilles Lellouche tiens le rôle principal, le rôle d’un mari dont la femme à été enlevé. Accompagné de son Roschdy Zem , Gerard Lanvin et la jeune (et belle) Claire Pérot.

Alors, il y a une chose qui je pense est importante à savoir, le film n’était pas fini lors de la projection. Les tournages était fait, mais la bande son n’était pas finis, il restait des voix off à ajouter, beaucoup d’effet n’avait pas été encore ajouter au post traitement, et le montage n’était peut être pas le montage final, mais je pense que dans l’ensemble, cela ne changera pas beaucoup à mon point de vu final.

Synopsis :

Tout va pour le mieux pour Samuel et Nadia : lui est bientôt infirmier et elle, attend son premier enfant. Mais tout bascule lorsque Nadia se fait kidnapper sous l’oeil impuissant de Samuel. A son réveil, son portable retentit : il a trois heures pour sortir de l’hôpital dans lequel il travaille un homme sous surveillance policière. Le destin de Samuel est désormais lié à celui de Sartet, une figure du banditisme activement recherchée par tous les services de police. S’il veut revoir sa femme vivante, Samuel doit faire vite…

Je m’attendais à un très bon film, et ca n’a pas loupé, mieux encore je me suis pris une vrai claque, le film commence sur de l’action, il finit sur de l’action, et au milieu, il y a de l’action, mais attention, c’est pas de la baston pur et dur sans fond, où au final l’on s’emmerde… Non, Gilles Lellouche et ses comparses sous l’oeil de Fred Cavayé nous tiennent en haleine du début à la fin en rajoutant à ces scènes d’action, un vrai scénario de fond qui tiens la route. Cet oeuvre n’a pas été sans me rappeler l’excellent Taken du francais Pierre Morel avec Liam Neeson, un vrai polar qui nous emmene à 100 à l’heure dans les rues de Paris.  Sauf que pour quelqu’un qui connait vraiment Paris, la course poursuite de Gilles Lellouche est quelque peu étonnante, rentrer dans la station de Saint Lazare, et ressortir à Alesia sans jamais monter dans un métro, Si c’était faisable je gagnerais un temps précieux pour rentrer chez moi…. Mais peut on vraiment en vouloir au réalisateur de commettre une bourde qui n’a que si peu d’importance et d’intérêt.

Les acteurs sont vraiment bon, Lellouche excelle, comme toujours, Zem est fidèle à lui même, mystérieux et surprenant. Lanvin interprète un rôle de Flic qui n’aurait pu être jouer par quelqu’un d’autre… et jolie découverte de la petite Claire Pérot, anciennement chanteuse dans la comédie musicale “Mozart, l’opéra Rock”, l’on ne peut que la remercier d’avoir changer de voie et de nous faire profiter de son talent d’actrice (et de son jolie minois, vous l’aurez compris, je suis sous le charme).

C’est dur d’en dire d’avantage sans avoir vu la version finale, et sans vous dévoilez des moments clés de l’intrigue… Je finirais juste en vous recommandant chaudement d’aller le voir à sa sortie le 1er Decembre prochain

2 Commentaires

Ajoutez les vôtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.