Une pure affaire

François Damiens, l’une des personnalité les plus en vogue du moment, d’abord reperé par ses caméras cachés sous le célèbre Francois l’Embrouille, il fit ses premiers pas au cinéma en donnant la réplique à Jean Dujardin dans OSS 117, Le Caire nid d’espions, depuis il enchaine les rôles secondaires, rôles qui lui valu une nomination aux Césars avec « L’Arnacoeur ». Alexandre Coffre lui offre son 1er rôle principal dans « Une pure affaire » au cotés de Laurent Lafitte et Pascale Arbillot.

 

 

Synopsis :

David Pelame a la quarantaine. Il est marié à Christine depuis assez longtemps pour avoir oublié qu’ils s’aimaient autrefois. Il a deux enfants avec qui la communication se fait de plus en plus rare.
Professionnellement, David n’est jamais devenu le grand avocat associé d’un cabinet de renom qu’il rêvait d’être mais plutôt un simple gratte-papier qui excelle dans les tâches les plus rébarbatives. Bref, la vie de David ne fait pas rêver. Si on avait un conseil à lui donner ?… Ce serait qu’il se ressaisisse. C’est ce qu’il va faire, en découvrant, le soir de Noël, une valise pleine de cocaïne et un téléphone croulant sous les appels de clients. David pense alors avoir trouvé le moyen de relancer sa vie. Si on avait un second conseil à donner à David ? … Ce serait qu’il y réfléchisse à deux fois.

Une comédie française réussi, c’est de plus en plus rare, mais Alexandre Coffe à voulu prendre le pari en s’armant d’un atout indéniable : le duo François Damiens – Pascale Arbillot, c’est le gros point fort du film, on s’esclaffe devant les crises de nerfs, engueulades et moments de tendresses de ses deux dealers amateurs. C’est drôle, touchant et bien construit.

Le scénario adapté d’une nouvelle, « Powder » de Matthew Kneale, est, malgré une fin un peu trop rapide et tirés pas les cheveux, est bien ficelés, bien dialoguès tel une petite comédie anglaise, une comédie familliale jouant beaucoup sur la monotonie d’un couple qui se retrouve bouleversé par l’arrivé de ce don du ciel. Un vrai cas social décortiqué et porté à l’écran avec beaucoup de finesse est d’intelligence, donnant des scènes déjà cultes. L’humour y est mis en valeur par de nombreuses méthodes possible, la répétition, sans tomber dans des excès,  le silences, ou l’absurde, spécialité de François Damiens.

En Bref, Une pure affaire est la comédie française que l’on attend depuis plusieurs années, à voir pour oublier ce triste temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.