Quelques années après le frais et bon Tamara Drew de Stephen Frears, Anne Fontaine adapte à son tour un roman graphique de Posy Simonds : Gemma Bovery.

Sortie le 10 Sep 2014

Réalisé par

Produit par

Avec , , , ,

Musique de

Synopsis : Martin est un ex-bobo parisien reconverti plus ou moins volontairement en boulanger d'un village normand. De ses ambitions de jeunesse, il lui reste une forte capacité d'imagination, et une passion toujours vive pour la grande littérature, celle de Gustave Flaubert en particulier. On devine son émoi lorsqu'un couple d'Anglais, aux noms étrangement familiers, vient s'installer dans une fermette du voisinage. Non seulement les nouveaux venus s'appellent Gemma et Charles Bovery, mais encore leurs comportements semblent être inspirés par les héros de Flaubert. Pour le créateur qui sommeille en Martin, l'occasion est trop belle de pétrir - outre sa farine quotidienne - le destin de personnages en chair et en os. Mais la jolie Gemma Bovery, elle, n'a pas lu ses classiques, et entend bien vivre sa propre vie...

Ce nouveau film d’Anne Fontaine est un voyage, c’est un voyage dans notre belle Normandie d’une part mais aussi à travers Flaubert et son cultissime Madame Bovary. Effectuant de nombreux allers-retours entre l’oeuvre, la fiction et l’oeuvre dans la fiction. Et si ne jamais avoir ouvert les pages de Mme Bovary n’handicape pas pour apprécier ce film, l’on en ressort néanmoins avec une belle envie de le découvrir.

slider

L’envie, je crois que c’est ce qui pourrait résumé le mieux ce film, l’envie de lire Flaubert comme je viens de le dire. L’envie de manger du pain, oui c’est bizarre comme envie, mais Luchini campe ici Martin, un boulanger, et le nombre de plan sur la cuisson du pain et les dégustations de celui ci font vraiment saliver. L’envie de Calva, non parce qu’il faut pas déconner, c’est quand même bon ! Et la dernière, mais non des moindres, envie, c’est celle de Gemma, Bovery ou Arterton comme vous voulez. Comme le dis très bien Luchini dans une des vidéos promos, c’est la libido incarnée.

Gemma-Luchini

 

J’ai toujours trouvée cette actrice magnifique, elle est d’une beauté naturelle exceptionnelle, de belle courbes, un visage tout ce qu’il y a de plus mignon avec ses taches de rousseurs craquantes….. Vous l’aurez compris, si elle me demandait je lui dirais oui. Mais en plus de cela, elle joue bien, de sa candeur, sa timidité mais également de sa fougue, de sa manière très sexuelle de préparer et de manger du pain… Gemma Arterton illumine ce film, elle est solaire, elle est fraîche, elle est douée. Gemma épouse-moi !!

gemme

Face à cette actrice dont je ne finirais jamais de chanter les louanges, nous retrouvons un Fabrice Luchini qui est fidèle à lui-même, il est peut-être, non il est l’un des meilleurs acteurs français de notre époque. Tout du moins c’est mon avis, avis qui a changé. Il y a quelques années, j’avais beaucoup de mal avec Luchini, avec sa façon de déclamer ses textes. Aujourd’hui je le prends comme un acteur à part, avec une personnalité extravagante mais surtout un talent et une sincérité énorme. On le sent investi de son rôle, on le sent attiré par Gemma Bovery tant que pour le personnage de Flaubert qu’elle représente.

luchini

Les seconds rôles ne sont pas en reste non plus, Niels Schneider prouve une fois de plus qu’il fait partie de l’avenir du cinéma français par sa fraicheur, son côté bourgeois et surtout parce qu’il est le pendant masculin de Gemma Bovery et qu’il, j’imagine, ne laissera pas en reste les spectatrices féminines (il a un air de Robert Pattinson non ? ). Côté réalisation, Je n’ai rien à redire, Anne Fontaine me fait oublier son dernier film (Perfect Mother) qui m’avait laissé de marbre, ici tout est bien ficelé. La photographie est magnifique, elle sublime la Normandie comme les acteurs, bercés en permanence d’une douce lumière.

La bande son nous accompagne dans le romantisme avec beaucoup de cordes mais également quelques musiques plus contemporaine, on retrouve entre autre le très beaux morceaux « Jimmy » de Moriarty.

Niels-Gemma

 

Gemma Bovery est le film parfait pour accueillir ce début d’automne, il réveillera tous vos sens, vous aurez l’odeur et le bruit du pain, le gout du calva dans la bouche, la douceur de Gemma contre votre peau, la beauté de la Normandie (et de Gemma) sous les yeux. Les romantiques apprécieront et je suis sûr que les autres aussi.

 

1 Comment

 

  1. 10 septembre 2014  18:59 by Clyne Répondre

    Et bien dis donc, on voit qu'elle t'a donné chaud Gemma !! :D

Leave a reply

 

Your email address will not be published.