Les critiques sont dithyrambiques sur le dernier film de l’univers DC Comics, et le 1er film mettant en scène UNE super-héroine : Wonder Woman. Ce n’est pas mon avis.

Sortie le 07 Juin 2017

Réalisé par

Produit par

Avec , , ,

Musique de

Synopsis : C'était avant qu'elle ne devienne Wonder Woman, à l'époque où elle était encore Diana, princesse des Amazones et combattante invincible. Un jour, un pilote américain s'écrase sur l'île paradisiaque où elle vit, à l'abri des fracas du monde. Lorsqu'il lui raconte qu'une guerre terrible fait rage à l'autre bout de la planète, Diana quitte son havre de paix, convaincue qu'elle doit enrayer la menace. En s'alliant aux hommes dans un combat destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l'étendue de ses pouvoirs… et son véritable destin.


Depuis que DC Comics a décidé (tardivement) de lancer son univers cinéma avec Man of Steel, pas un seul film ne m’a convaincu, pire, ils m’ont tous laissé coi par leurs piètres qualités. C’est donc non sans une pointe d’appréhension que j’allais voir Wonder Woman le jour de son lancement. Wonder Woman est depuis sa création, en 1941, l’héroïne féministe par excellence, une femme qui n’a que faire des stéréotypes, elle est intelligente, forte et indépendante. A ce niveau là le film est plutôt réussi. Gal Gadot, ne se laisse pas faire, et de nombreuses références sont faites au machisme latent. Diana Prince, aka Wonder Woman même si elle n’a pas encore ce nom, est badass, elle veut aller sur le front, n’hésites pas à parler de cul, fait des remarques sur la condition féminine et si ça fait du bien, le film ne pousse pas assez le curseur à mon goût et cela reste de l’anecdotique. Une héroïne féministe dans un film qui ne l’est pas, il suffit de voir Gal Gadot marche sur un champ de bataille comme si elle était sur un catwalk pour se dire que certains clichés ont quand même la vie dure.

L’un des grands problèmes du film à mes yeux sont les effets spéciaux et les effets de montages. On sent largement que Zack Snyder (300 – Sucker Punch) est derrière le film et les ralentis toutes les 2 minutes m’ont provoqué une overdose assez rapidement, quand à d’autres moments Wonder Woman se prend pour Flash et va tellement vite qu’on dirait qu’elle glisse dans l’air, c’est plus risible que crédible. Les incrustations sur fond vert sont parfois foireuses et les décors trop irréel. Trop d’effets tuent les effets, Wonder Woman nous le montre une fois de plus.

Gal Gadot est très bien, elle est badass et ressemble à l’héroïne du comics. Les side-kicks sont des clichés, à commencer par le principal : Chris Pine joue Steve Trevor, le beau soldat par excellence, il n’en fait qu’a sa tête et ne veut pas laisser faire la fragile et douce Diana Prince, lui Le Mâle, L’Américain qui doit protéger les opprimés. Les 3 autres membres de « l’équipe » n’ont aucun intérêt mais sont également des caricatures de l’arabe dragueur, de l’indien qui fait des signaux de fumées et du soldat torturé par les horreurs de la guerre. Mention spéciale tout de même à Robin Wright ( House of Cards ) qui joue la tante de Diana, Antiope, une guerrière amazone.

Le Scénario est découpé en 2 partie : les origines sur l’ile des Amazones, et l’arrivée chez les humains pendant la 1ere guerre Mondiale. La première partie est plutôt sympa, très lumineuse, la deuxième par contre est un remake assez mauvais du 1er Captain America.

Wonder Woman est bien moins affreux que ces prédécesseurs de l’univers DC ( Man of Steel, Superman v. Batman, Sucide Squad ) mais il n’en reste pas moins un mauvais film. Il y avait suffisamment de matière pour faire un film qui aurait révolutionner le genre, mais une fois de plus Warner passe à coté.

 

Leave a reply

 

Your email address will not be published.